Quantcast

Voyage initiatique au coeur du football britannique

Il y a 4 ans

Le football n'est pas qu'une affaire de gros sous, de dopage, d'événements contestés au Brésil, en Russie, au Qatar ou encore de corruption. Le foot, ce n'est pas que les tweets de Jean-Michel Aulas ou les photos Instagram de Mario Balotelli. Le football, c'est avant tout « un appel au voyage, fait de rencontres improbables avec des supporters, des joueurs et des stades ».

Rencontre avec Romain Molina, journaliste freelance, amoureux de l'Ecosse, du football britannique et des rencontres de 5e division.

 

De L'Isère à L’Écosse en passant par l'Espagne.

Originaire de l'Isère, Romain passe chaque vacances en Espagne avec ses grand parents d'origine espagnol. C'est à Alicante que la 1ere rencontre amoureuse entre Romain et L’Écosse se déroule, dans un bar des Glasgow Rangers à Benidorm, le « Ibrox Bar ». A 14 ans, il côtoie les fans des Rangers, ressent la passion des fans pour le maillot, la ferveur des supporters et leur gentillesse. Il y retourne chaque semaine et, spontanément, les écossais lui offrent à boire (sans alcool), l'acceptent, discutent avec lui, l'adoptent comme un membre du groupe.

Cette rencontre est un tournant, Romain va se renseigner, se documenter sur l’Écosse, s'immerger dans la culture britannique par les livres.

Le deuxième tournant viendra plus tard, une rencontre avec un fan des Celtic Glasgow, Sandy « déboucheur de chiotte » à Falkirk. ils se lient d'amitié et ce dernier lui propose d'aller voir dans un bar le Old Firm (Celtic-Rangers). Au bout d'une semaine, il lui offre deux maillots des Celtic.

Romain a 21 ans et décide de partir en Écosse sillonner le pays à bord de sa C1 sans GPS.

 

« C'est un choix personnel, je reste un campagnard, j'ai besoin d'espace »

 

L’Écosse, L'Angleterre et même...Gibraltar

Sans carte de presse, sans contact, il décide de partir au Royaume-Uni afin de couvrir des rencontres improbables des divisions inférieures. Loin de la Premier League anglaise et de ses ambiances d'enterrement, il va sillonner les villes et villages de divisions inférieures et commencer à rédiger des articles, avec son style très personnel sur l'environnement et l'ambiance autour d'un match de football sur son blog http://kickoff.blogs.lequipe.fr/

Le choix de l’Écosse s'est fait de lui même, venant de l'Isère, Romain a choisi les grands espaces plutôt que Londres « C'est un choix personnel d'aller en Écosse, je reste un campagnard, j'ai besoin d'espace. Quand tu arrives sur les hauteurs d'Édimbourg, tu prends une claque, c'est magnifique. ». La chaleur des écossais, le brouillard, les pubs, les pies, les moutons ou encore le chat de l'équipe de Brechin City qui rentre sur la pelouse du stade en plein match. « Une fois, un joueur a pris le chat pour le sortir du terrain, il a pris un carton jaune ». Tout simplement unique.

Après avoir développer une communauté, il lance son propre site dédié au football britannique et à la culture foot (http://www.hat-trick.fr). Au programme, interview de joueurs français et étrangers vivant parfois difficilement du football, rencontre avec des supporters et découverte de stades et de rencontres improbables.

Pêle-même, le stade de Cowdenbeath et sa piste de Nascar autour du terrain ou encore celui d'Arbroath, stade le plus proche de la mer et parfois submergé par les vagues avec les pêcheurs de la ville qui rapportent les ballons perdus en mer.

Des rencontres improbables comme Occitanie-Ile de Man ou encore Luton-Tamworth en D5 anglaise à 18£ la place alors que Romain avait des invitations pour Chelsea-PSG le même soir.

 

Road Trip à Gibraltar

Pour fêter l'entrée de Gibraltar au sein de la FIFA, la C1 a quitté le nord de l’Écosse direction le Sud de l'Espagne avec son autoroute pas fini, ses villes à l'abandon et cet aéroport au milieu de Gibraltar pour suivre un Boca Junior-Gibraltar Scorpions en D2 Gibraltarienne. Expérience surréaliste d'un mix culturel anglo-espagnol qui se ressent aussi bien dans la ville que dans le style de jeu des équipes.

A la question, finalement pourquoi s'intéresser aux footballeurs des divisions inférieures, à ses stades d'un autre temps ? Il me répond que l’atmosphère autour des stades est unique, les supporters de Morton qui applaudissent leur équipe alors qu'elle vient de prendre 10-2, mais surtout les rencontres.

Le sport en général et le football en particulier est un appel au voyage, à l'ouverture vers l'humain aussi bien joueur que spectateur, la découverte des stades, des spécialités locales. A travers ses articles, ses interviews, Romain souhaite partager des histoires de clubs, des tranches de vie de joueurs ayant traversé le monde et nous faire voyager avec ces portraits, ces destins.

« On s'en fout de la tactique, du résultat du match, il y a des gens qui pensant que le foot est sérieux, rationnel. Comment expliquer rationnellement que 11 types tapent derrière un ballon ? Le jour où tu y arriveras tu seras aussi illuminé que BHL »

 

Aujourd'hui Romain Molina vit à Falkirk et vient de sortir un livre « Galère Football Club » qui retrace la carrière de 11 joueurs et d'un entraîneur ayant eu des expériences incroyables. Loin du cliché des footballeurs, ces autoportraits font voyager et réfléchir entre Écosse, Portugal, Inde, Chine Thaïlande et même Irak, les joueurs se livrent sans concessions et parlent de religions, de carrières ratées, de joies et de peines, ou encore d'hormones de cheval en 6e division,... bref un 4-4-2 de l'autre football : « On en revient à l'espoir, l'insouciance et l'amour, toujours l'amour. Celui de grands enfants tapant dans un ballon. »

Photo : ©Romain Molina / Hat-Trick