Après avoir volé des artéfacts à Pompéi, une touriste "maudite" les renvoie en Italie pour conjurer le sort

Publié il y a 5 jours
Classé dans Italie

Une touriste canadienne se dit « maudite » après avoir ramené chez elle des artéfacts de Pompéi, volés 15 ans plus tôt lors d'une visite sur le site archéologique. Face à la maladie et à de gros problèmes financiers, elle a décidé de les renvoyer en Italie pour conjurer le sort.

Si cette news était adaptée au cinéma, elle aurait toute sa place à côté des fictions comme Indiana Jones ou La Momie ! Pourtant, ce qu'a vécu une touriste canadienne semble bien réel et nous apprend une leçon importante : voler ne vous apportera jamais de positif dans votre vie. 

Une visite coup de coeur

En 2005, Nicole est en voyage en Italie où elle découvre le célèbre site archéologique de Pompéi. Niché entre Naples et le Vésuve, il est réputé pour sa conservation exceptionnelle due à l'éruption du Vésuve en 79 ap. J.-C  qui a enseveli la ville sous 6 mètres de centres et l'a figée dans le temps. Tombée amoureuse de ces vieilles pierres et objets, la touriste canadienne souhaite emporter avec elle quelques souvenirs de son passage, mais pas de la boutique officielle du site.

La jeune femme décide de prendre - voler en d'autres termes - 5 artéfacts directement dans les ruines de la cité et les ramener au Canada comme si de rien n'était. Bien mal lui en a pris, elle ne savait pas encore dans quoi elle s'était aventurée.

Crédit : Iwona Castiello d'Antonio - Unsplash

15 ans de malédiction

En 2020, la jeune femme aujourd'hui âgée de 36 ans doit se rendre à l'évidence : 15 ans après les faits, elle semble en proie à une malédiction et enchaîne depuis des années des problèmes financiers et de graves maladies qui nuisent à son bien-être et celle de sa famille. Suite à son double cancer du sein et des finances dans le rouge, elle décide de renvoyer les artéfacts volés au site archéologique en espérant « stopper le sort ».

Selon nos confrères de CNN Travel, Nicole a envoyé une lettre expliquant sa situation désastreuse tout en s'excusant platement pour le tort causé. Cette dernière a été publiée depuis par le journal italien Il Messaggero : « J'étais jeune et stupide. Je voulais avoir un morceau d'histoire qui ne pouvait pas être acheté. Je n'ai jamais pensé à ce que je prenais réellement. J'ai pris un morceau d'histoire capturé dans le temps et relié à un événement tragique. Les gens sont morts d'une manière horrible et j'ai pris des morceaux attachés à cette grande destruction ».

Crédit : Christopher Ott - Unsplash

Un colis spécial

En plus de cette lettre, la Canadienne a glissé dans le colis les 5 fameux artéfacts « maudits » comprenant deux carreaux de mosaïque blancs, deux morceaux d'un vase amphore et une pièce murale en céramique. Un petit butin qui lui aura couté cher au fil des années, mais qui aura eu le mérite de lui « apprendre une bonne leçon » sur la profanation des lieux chargés d'histoire ! La chance va-t-elle lui sourire à nouveau ?

Des faits qui ne sont pas isolés

D'après un porte-parole du site archéologique, ce n'est pas la première fois qu'une telle situation se produit pour le site de Pompéi ! En quelques années, près de 100 touristes ont retourné des artéfacts volés en invoquant « une malédiction » portée par ces objets (source CNN). Depuis, ces dizaines de lettres sont exposées au public pour leur passer l'envie de prendre un souvenir qui pourrait leur faire vivre un enfer.

À quelques jours d'Halloween, c'est une news qui tombe à pic !

chloevillemant
Par Chloe Villemant

Rédactrice en chef du site Voyager Loin. Passionnée par le voyage et les enjeux environnementaux, je vous emmène avec moi dans une belle aventure à la découverte de notre planète ! Baroudeuse 2.0 et apprentie aventurière, je suis une ultra connectée qui prend le temps de déconnecter devant la beauté du monde.