Sur la route des missions californiennes

Publié il y a 6 ans par

Ce n’est pas la première chose à laquelle on pense en allant en Californie : faire la route des anciennes missions espagnoles, fondées par les Franciscains. Et pourtant, cette plongée dans l’histoire vaut le coup !

Inutile de sillonner le Golden state en long et en large pour les découvrir. En long suffira… Les 21 missions sont toutes situées sur la côte Pacifique, du nord de San Francisco jusqu’à San Diego, sur quelques 600 miles (El Camino Real). Pas besoin d’être catholique non plus pour apprécier cette histoire qui va bien au-delà de la religion.

Autant l’avouer, je n’ai pas eu le temps de visiter les vingt et une. L’intérêt de ce parcours, c’est d’en choisir quelques-unes emblématiques et de découvrir les environs, pas de faire un « marathon missions ». L’une  des plus belles - et aussi des plus connues - est sans doute celle de Carmel, au sud de Monterey. C’est la deuxième mission fondée en Californie, en 1771. Pour tout vous dire, j’ai eu un mal fou à la trouver car les Américains ne sont pas très forts côté signalisation, en dehors des autoroutes. En dernier recours, après être ressortie de la ville et y être rentrée deux fois, j’ai demandé sur le parking d’une école où était la mission San Carlos Borromeo de Carmelo. « Mais vous y êtes! », m’a-t-on répondu. Ah, ben voilà!

Mission de Carmel - Photo: Véronique Couzinou Mission de Carmel - Photo: Véronique Couzinou

La mission communique effectivement avec une école. Contrairement à la plupart des autres bâtisses religieuses californiennes, son église ne se voit pas de l’extérieur. Il faut entrer dans le joli patio paysager pour la découvrir, non pas immaculée mais en pierre ocre. Dans le jardin, se trouve une plaque bilingue anglais-français, mais oui, commémorant l’arrivée du comte de la Pérouse à Monterey le 14 septembre 1786. Cette visite officielle fut la première d’une puissance européenne aux établissements espagnols en Californie.

À l’intérieur des bâtiments, on peut visiter un petit musée relatant l’histoire de la mission qui fut relocalisée ici, près de la rivière Carmel, après une première édification près de Monterey. Parmi les photos, celle de Jacky et John Fitzgerald Kennedy en visite le 29 mai 1960. On peut aussi voir la première bibliothèque de Californie datant des années 1770.

Santa Barbara, la « reine des missions »

Santa Barbara - Photo: Véronique Couzinou Santa Barbara - Photo: Véronique Couzinou

Rose, ocre et blanche selon la lumière du jour ou du soir, elle est imposante, avec son entrée à colonnades. La mission de Santa Barbara domine en haut d’une colline, entourée de vastes jardins. Dans son cimetière reposent plus de 4000 Indiens Chumash convertis. Mais plus que l’enseignement religieux, on peut dire que c’est l’agriculture et l’élevage que les Franciscains ont apporté en Californie, l’irrigation, les champs d’oliviers et d’orangers, les vignes... Un héritage encore précieux aujourd’hui.

C’est justement cette nature domestiquée qu’il est agréable de découvrir dans les missions : les jardins de fleurs et d’herbes médicinales, les vergers… Si on cherche le calme et la sérénité, loin des paillettes de Los Angeles, c’est là qu’il faut venir, avec un bouquin, un appareil photo, un carnet de croquis… ou une couverture pour faire la sieste!

 

Un seul homme derrière toutes les missions

D’autres missions sont moins connues, comme San Juan Capistrano ou Dolores, et pourtant, pas toujours isolées comme on l’imagine (les freeways ne sont jamais bien loin!). Au nord de Los Angeles, à Ventura (la ville de Perry Mason), se trouve la mission San Buenaventura. Elle est posée en plein centre-ville, au bout de la rue principale, ce qui donne l’occasion de visiter les nombreuses boutiques de décoration, antiquités (comme à Carmel) et les petits cafés avec terrasse qui peuplent le cœur de la cité. Le jour de ma visite, le patio de la mission accueillait un mariage mexicain, avec mariachis. Ambiance!

Buenaventura fut fondée en 1782 mais le feu et quelques tremblements de terre ont détruit les bâtiments d’origine. La bâtisse fut vendue sous l’occupation mexicaine, puis rachetée par le gouvernement lorsque la Californie est rentrée dans l’Union. Ici comme dans les autres missions, on retrouve la statue du Père Junipero Serra, né en 1713 sur l’île de Majorque, embarqué comme missionnaire vers le Mexique en 1749 et nommé Président des Missions de Haute et Basse Californie en 1767. Il fut béatifié en 1988.

Le Père Serra fonda la première mission de la Californie actuelle, à San Diego, le 16 juillet 1769. Quelques années plus tard, comme plusieurs autres missions par la suite, San Diego de Alcala fut relocalisée dans un endroit plus propice, dans ce cas précis plus proche des villages Indiens Kumeyaay et des points d’eau nécessaires au développement de l’agriculture.

À San Diego, la belle église blanche n’est pas d’origine. Endommagée en 1803 par un tremblement de terre, elle fut ensuite occupée par les Mexicains, puis par la cavalerie américaine de 1842 à 62 pour finir en ruines avant d’être reconstruite en 1931. Si l’on regrette que son grand patio intérieur soit goudronné comme un parking, il est agréable de se promener dans le jardin, riche de palmiers, bougainvilliers, roses, pensées, aloe vera au milieu desquelles jaillissent des fontaines.

Mission San Diego de Alcala - Photo: Véronique Couzinou Mission San Diego de Alcala - Photo: Véronique Couzinou

Plus d'infos 

*Mission San Carlos Borromeo de Carmelo3080 Rio Road, à Carmel. www.carmelmission.org

*Mission Santa Barbara2201, Laguna St., à Santa Barbara. www.santabarbaramission.org

*Mission San Buenaventura211 East Main St., à Ventura. www.sanbuenaventuramission.org

 *Mission San Diego de Alcala10818 San Diego Mission Road, à San Diego. www.missionsandiego.org