Bali : si vous ne portez pas votre masque, vous risquez de devoir faire des pompes ! (VIDÉO)

Publié il y a 7 mois
Classé dans Indonésie

Ni masque ni argent ? Ça fera 50 pompes ! 

Malgré la fermeture de Bali aux touristes internationaux, l'île est confrontée à l'incivisme de certains résidents expatriés et de personnes venant d'autres régions de l'Indonésie (touristes autorisées à venir séjourner) qui ne semblent pas prendre au sérieux les mesures sanitaires mises en place contre le COVID-19. 

Depuis le début de la crise, « il est obligatoire de porter un masque en public, mais 90% des personnes qui ignorent la règle sont les touristes étrangers » a déclaré à l'AFP Gusti Agung Ketut Suryanegara, un policier chargé du maintien de l'ordre. Conclusion, une petite partie de la population se balade tranquillement sans aucun masque et donne du fil à retordre aux patrouilles sur place. Ça met tout de suite dans l'ambiance, n'est-ce pas ?

Action, réaction, comme dirait l'autre.

La police balinaise n'y est pas allée par quatre chemins. Outre la verbalisation, les autorités ont poussé un cran au-dessus en incorporant un onglet « sport » pour marquer le coup et peut-être éveiller les consciences des touristes un peu trop « à la cool » qui se pensent tout permis en se la jouant surpris dès qu'ils sont arrêtés sur le bord du chemin ou en ville.

D'après l'agent Suryanegara : « D'abord, ils disent qu'ils ne sont pas au courant de cette réglementation. Puis ils disent qu'ils l'ont oublié, leur masque était mouillé ou abîmé ». Ok, on voit très bien le genre du coup.

Le plan a été établi comme ceux-ci :

Une personne qui ne porte pas de masque et ne peut pas payer l'amende de 7$ devra faire 50 pompes !

En détail :

  • Si la personne ne porte pas de masque : elle paye 7$ 
  • Si elle ne peut pas payer : elle fait 50 pompes
  • Si elle porte mal son masque (en dessous de son nez) : elle fait 15 pompes

La semaine dernière, plusieurs vidéos virales ont fait le tour de la planète, en espérant que cela soit les dernières et que ces quelques personnes aient pu faire prendre conscience au plus grand nombre que ce n'est pas parce qu'on vit au « paradis » qu'il faut faire vivre un enfer aux autres.

AFP France
chloevillemant
Par Chloe Villemant

Rédactrice en chef du site Voyager Loin. Passionnée par le voyage, je vous emmène avec moi dans une belle aventure à la découverte de notre planète ! Baroudeuse 2.0 et apprentie aventurière, je suis une ultra connectée qui prend le temps de déconnecter devant la beauté du monde.