RyanAir à la (re)conquête de ses passagers !

Publié il y a 7 ans par David Louvet Rossi

ryanairjet

Fortement écornée par les scandales et l'intransigeance envers ses clients, l'image de la compagnie aérienne low-cost irlandaise RyanAir va devoir changer, et vite ! La première compagnie aérienne pour les vols en Europe, rattrapée par la crise et dont les objectifs ont, de nouveau, été baissés, part à la reconquête de ses 81 millions de passagers par an.

Drôle d'ambiance au siège de RyanAir, et pour son sulfureux PDG Michael O'Leary.Lui qui, il y a encore peu de temps, n'hésitait pas à facturer près de 200 euros un simple changement de réservation pour un client qui devait rentrer chez lui en urgence, perdant sa femme et ses enfants dans un incendie. Ou lui qui prenait un malin plaisir à taxer tout et n'importe quoi, et au prix fort, ses "idiots" de passagers comme il aimait les appeler.L'heure est aux changements, car l'image de marque de la compagnie low-cost est en danger. Les nouveautés se succèdent, ainsi, le site de réservation sera entièrement repensé et simplifié, le matraquage des annonces publicitaires hurlantes sur les vols très tôt le matin ou tard le soir seront supprimés.On apprend aussi qu'un second bagage à main sera accepté en cabine. (vous savez, celui qu'on devait payer 60 euros...) Et c'est comme cela qu'un certain nombre de règles, jusqu'alors très strictes, vont petit à petit disparaître, et c'est notre portefeuille qui s'en réjouit ![quote]"On ne doit pas se réjouir de facturer 70 euros à quelqu'un dont le sac n'a pas la bonne taille"[/quote] déclarait récemment Michael Cawley, directeur opérationnel de la compagnie.Le système de l'hyper low-cost et du Zéro Service, au prétexte des prix les plus bas du marché, semble là trouver ses limites. Car c'est bien ce qui a fait de RyanAir la première compagnie aérienne sur les vols européens qui risque aujourd'hui de tuer la compagnie.Par ces actions et ce changement de stratégie brutal, mais plus que nécessaire, RyanAir compte non-seulement sauver sa clientèle et se racheter auprès d'elle, mais elle compte aussi séduire et prendre du trafic aux autres compagnies, en proposant un service un soupçon plus haut de gamme.

Encore un coup de génie ?