Message à mes potes encore sur les routes : Merci pour ce tour du monde

Publié il y a 5 ans par Alexandre Quilghini

Le dernier soir avec mes compagnons de route, la fin de mon tour du monde.

 

La nuit du départ, on essaye toujours d’arrêter le temps, que l'instant remplace l'infini, que l'infini soit légion et que l'intemporel chronomètre l'inconscience. Inconscience alcoolique, tendance nostalgique, on refait le monde autour d'un feu et de quelques bouteilles. On retourne vers le passé sans penser à l'heure qui suit. C'est le début de la fin mais qu'est ce qu'on se marre.

 

Le temps de rien faire qu'il est déjà temps, rupture de l'euphorie, fin des éclats de rire et des écarts comportementaux. Ce voyage c'était un grand bol d'air salvateur avant de refaire face à Madame routinière. 

 

Loin, trop loin, Madame distance elle, la causalité de maîtresse temps, concrétise, persiste et signe, il est l'heure de rentrer. Parait t-il que ce n'est qu'un au revoir, un de plus jusqu'aux prochaines aventures. C'est bien connu, tout ça passe trop vite.

 

En attendant, quelque heures nous séparent, quelque milliers de kilomètres nous séparent aussi. Je suis en France et vous êtes je ne sais où. Le temps est à la tendance mélancolique. Pendant que vous continuez le tour du monde que nous avons commencé, je vous dédie ce texte et vous souhaite bonne route.

 

"Le temps nous sépare et la distance nous ralentis."

 

Merci pour ce voyage.