Quantcast

L'automne au coeur de la région Jura & Trois-Lacs en Suisse

Il y a 3 ans

Quand on pense à la Suisse, on pense peut-être en premier à Genève, aux banques, aux montagnes. Au chocolat, à l'horlogerie, à Berne ou encore Lausanne, aussi. C'est en sortant des sentiers battus que l'on peut découvrir de belles surprises, comme la région Jura et Trois-Lacs.

La première chose que l'on peut admirer lorsque l'on arrive en Suisse par le petit train de région faisant la liaison Frasne-Neuchâtel est le paysage. Il est possible d'avoir un spectacle bien différent en fonction des saisons. Cette fois-ci l'automne s'était installée et laissait voir des décors multicolores sur les monts à proximité de la ville. 

Arrivé à Neuchâtel, le constat est le même, surtout que le train offre une première vue du fameux lac (217 km²) en contrebas. Dans la ville elle-même, on s'attache énormément à faire revivre les fastes de la "belle époque" : beaucoup de bâtiments d'origines ont été préservés ou restaurés, comme le magnifique Hôtel du Peyrou, le musée des Beaux Arts. Les rues parfois sinueuses parfois spacieuses amènent pourtant à faire de belles découvertes artistiques : ici, les street artistes redécorent certains murs de leur talent. Les pavés d'une rue de Neuchâtel sont quant à eux totalement redécorés régulièrement.

Et une fois arrivé aux bords du lac, la nature reprend le dessus sur la beauté architecturale. En face se dressent les Alpes, que l'on peut apercevoir et bien distinguer lorsque le temps est clair. Le Mont-Blanc fait parfois son apparition. Si on tourne la tête, on peut voir d'autres montagnes, plus proches, qui encadrent la vallée. La vue est d'autant plus spectaculaire lorsque le soleil couchant répand ses rayons orangés sur le paysage déjà bien coloré par l'automne.

Comme l'indique le nom de la région, Jura et Trois-Lacs, il n'y a pas que celui de Neuchâtel qui vaut le détour. Même si les deux autres sous-entendus dans cette appellation sont les lacs de Bienne et de Morat, il y a également d'autres étendues d'eau à admirer. C'est le cas du lac des Taillères, nettement plus petit que celui de Neuchâtel, mais tout aussi agréable à contempler : montagnes en arrière-plan, de la verdure au sol et dans les arbres… Et ce malgré les nuages et la pluie (le soleil se fait quand même plus rare en automne).

Vallées & gorges

Un peu plus au Nord, au Val-de-Travers, se trouvent les gorges de l'Areuse et le Creux du Van. Deux sites touristiques à privilégier pour les fous de randonnée, deux lieux en totale opposition. Comme le nom l'indique, il faut parcourir une route sinueuse le long de la vallée pour atteindre le lit de la rivière, l'Areuse, et admirer les gorges au fil de l'eau. Il y a plusieurs itinéraires possibles, chacun réservant son lot de surprises, mais le plus populaire reste celui qui mène au pont du Saut de Brot, digne de l'imagerie de contes de fées.

Et le matin, en remontant, peut-être aurez vous la (mal)chance de voir la brume tomber sur la vallée et recouvrir les arbres aux teintes rouge-orangées de son manteau vaporeux.

Si tel est le cas, il faut espérer que le brouillard se dissipe lorsque vous atteindrez le Creux du Van. Cet impressionnant cirque rocheux se dresse à 1 400 mètres de haut, surplombant toute la vallée du Val-de-Travers. Cette falaise haute de 200 mètres est le résultat de l'érosion de l'eau et de la fonte des glaces qui s'y trouvaient jadis. Il forme désormais un ravin faisant environ un kilomètre de diamètre. Par temps clair, il offre une vue à tomber sur la vallée en contrebas, villages, gorges et forêts inclus. Par temps brumeux en revanche, il peut être impossible de voir à plus de cinq mètres devant soi, ce qui peut représenter un risque assez considérable si l'on décide de jouer au téméraires et de s'approcher (un peu) trop près du bord. Et là encore, impossible de voir ce qu'il y a en-dessous.

Le canton du Jura n'a rien à envier non plus…

Autre destination prisée par les promeneurs : l'étang de la Gruère, qui cette fois se trouve au Nord-Est de Neuchâtel, dans le canton du Jura. Si la météo vous est favorable, vous en prendrez sûrement plein les yeux. C'est une véritable petite oasis de nature dans une région déjà fortement marquée par la verdure et les paysages vallonnés. L'étang se trouve dans les Franches-Montagnes, sur une réserve de tourbière vieille de plus de 1 200 ans et désormais protégée. Le tour de l'étang (environ trois quarts d'heure à marche plus ou moins rapide) est notamment sublimé si le soleil décide de se montrer et d'illuminer les environs.

Les Franches-Montagnes offrent quant à elles une vue époustouflante sur la vallée et sur les gorges du Doubs, ce même fleuve qui fait la frontière entre la France et la Suisse. Pour admirer un tel panorama, il faut toutefois grimper, et ce n'est pas forcément une partie de plaisir, surtout s'il a plu avant, ou si la pluie tombe lors de l'ascension. Dans tous les cas, ce qui attend au bout du chemin, sur le rocher des Sommêtres est un régal pour les yeux. Le mieux reste encore de le prouver photographies à l'appui.

Pour des questions pratiques, parlons également quelques instants de la restauration et de l'hébergement. Lors de ce voyage de quelques jours, nous avons eu la chance de déjeuner et dîner à différents endroits qui servent entre autres des plats typiques de la région et de la saison (du gibier).

Parmi ceux-ci on peut citer l'excellent restaurant des Six-Communes, situé dans la ville de Môtiers, dont la carte s'adapte à la saison mais sert notamment de très bons atriaux de boeuf.

A quelques kilomètres au Sud de La Chaux-de-Fonds se trouve l'éco-hôtel l'Aubier, qui propose quant à lui des repas organiques et "bio-dynamiques" à base de produits frais et locaux. Si la question de l'hébergement se pose après le repas, n'hésitez pas non plus : l'Aubier propose des chambres façon bungalow sur pilotis vraiment très jolis et agréables.

La fée verte & la montre

Si l'histoire des paysages a été bâtie par le temps et la nature, l'Histoire avec un grand H de la région est quant à elle indissociable de l'horlogerie mais aussi de l'absinthe. Cette dernière est d'ailleurs mise à l'honneur régulièrement dans les villes des cantons, mais surtout à Môtiers, une ville située juste en contrebas du Creux du Van, où se trouve la Maison de l'absinthe, véritable musée interactif qui retrace l'histoire de cet alcool depuis sa création jusqu'à la levée de l'interdiction il y a quelques années.

La visite s'effectue entre différents tableaux, qui expliquent comment est composé la "fée verte", comment s'effectuait la distillation avant mais surtout pendant la prohibition entre les années 1910 à 2005. Le tout introduit par un petit film passionnant relatant la connexion entre l'histoire de la Suisse, la nature et la plante (et son alcool), anciennes affiches de propagande anti-absinthe ou encore documents judiciaires datant de la période d'interdiction. Sans oublier bien sûr une dégustation (facultative) pour ceux qui le souhaitent.

L'autre domaine dans lequel la Suisse s'illustre en particulier est bien sûr l'horlogerie. Et le Val-de-Travers en est justement l'un des berceaux, recensant plusieurs grandes entreprises dans les différentes villes, notamment à La Chaux-de-Fonds. A partir du XVIème siècle, et pour occuper leurs soirées, les paysans de la ville ont décidé de s'adonner à l'horlogerie. Avec les années, la population de ces hameaux montagnards a commencé à augmenter, réduisant ainsi les domaines cultivables, c'est ce qui a poussé les agriculteurs de la région à envisager l'horlogerie comme une nouvelle source de revenus. Le visage des habitations change avec les nouvelles vocations des artisans : certains bâtiments deviennent alors un mélange entre ferme et habitation à louer, afin de permettre aux artisans de pratiquer leur activité tout en permettant la culture.

Parmi les entreprises d'horlogerie encore basées à la Chaux-de-Fonds, on peut notamment y trouver la marque de luxe CORUM, qui est l'une des seules dans la région à proposer des visites des ateliers de montage des montres. Sans parler de la petite section musée qui expose les modèles les plus connus de la maison d'horlogerie.


Quelle merveille de découvrir cette région sous de telles circonstances. La neige de l'hiver ou la verdure du printemps et de l'été reflètent sûrement une toute autre facette, mais celle de l'automne est particulièrement magnifique. Mais même sans, il y a vraiment de quoi s'émerveiller devant ces paysages.

La culture helvétique n'est pas non plus en reste et les villes comme Neuchâtel ou la Chaux-de-Fonds permettent de découvrir un peu de l'Histoire de la région. Je vous conseille vivement de vous aventurer dans cette superbe région Jura et Trois-Lacs, il y a sûrement beaucoup d'autres choses à y découvrir qui n'ont pas été mentionnées ici.

 

 

Je voudrais remercier nos contacts de la région Jura et Trois-Lacs, ainsi que nos merveilleux guides Christines et Nicolas, qui ont bien transmis leur passion pour cette région, ainsi que Laure et tous ceux qui nous ont bien gentiment accueillis lors de ce voyage.