Greg adore... réserver des billets d'avion sur internet

Publié il y a 2 mois

Vous avez quitté votre cher pays il y a quelques mois. Tenté par la grande aventure du voyage en solitaire. Sur les conseils de vos proches, vous avez pris le large. Un billet aller sans retour. Cela fait neuf mois que vous êtes au soleil. Vous enchaînez les petits boulots entrecoupés de voyages au travers de ce grand pays.

Dans trois mois , votre visa arrive à expiration. Le continent asiatique vous semble la suite logique dans votre parcours. Vous flânez sur google map et tous les pays vous semblent si proches. Difficile de choisir lorsqu'on est seul aux commandes Vous commencez alors à élaborer un circuit en prenant en compte la météo et les visas nécessaires. Après quelques heures de travail laborieux, votre plan semble tenir la route. Vous n’êtes bien évidemment pas certain à cent pour cent qu'il soit le meilleur, mais vous vous faites confiance. Vous avez décidé de réserver des billets d'avion sur internet. Parce que c'est bien évidemment plus facile. Parce qu’il est écrit partout que c'est sur internet que vous feriez les meilleures affaires. Il n'y a pas de secret, les frais sont moins élevés s'il n'y a pas de personnel à payer. Ce qui vous arrange bien, vous n'avez pas la chance d'être rentier ou fils à papa. Vous vous êtes donc lancé dans la course au billet d'avion bon marché sans savoir où vous mettiez les pieds.

Le jour de réserver votre vol est enfin venu. Vous rentrez de votre horrible travail, il fait chaud et vous vous installez à la table de la cuisine, réjoui à l'idée de vous envoler vers de nouveaux horizons. Vous vous connectez et arrivez rapidement sur la page d’accueil du comparateur de vols. Vous vous servez un grand verre d'eau fraîche. Vous avez déposé à votre droite votre passeport, votre carte de crédit et une feuille de papier agrémentée d'un stylo. Vous sélectionnez l'aéroport de départ. Ne sachant pas très bien où vous serez dans trois mois, vous entrez Sydney. Manille pour l'arrivée. Vous devez ensuite choisir la date de départ. Votre visa expire le dix-sept mai. Ça tombe un samedi et en général les vols d'avions sont plus chers durant le week-end. Le jeudi quinze vous semble judicieux. Un seul passager en classe économique. Car ce n'est pas faute d'avoir essayé, mais vous n’êtes malheureusement pas devenu millionnaire. Vous lancez la recherche et les résultats s'affichent rapidement. Le vol le moins cher est à quatre-cent-septante dollars australiens. Il y a une escale de plus de neuf heures à Darwin. Cela vous semble cher. Vous changez Sydney pour Brisbane. Le vol coûte un petit peu moins cher. Après quelques minutes de réflexion, Brisbane étant au milieu des deux destinations qu'il vous reste à visiter, il vous faudrait revenir sur vos pas et dépenser de l'argent inutilement. Le vol vous reviendrait dès lors plus cher. Vous vous servez un nouveau verre d'eau et ouvrez un paquet de biscuits au chocolat.

Vous regardez ensuite le prix des vols au départ de Townsville. Sept-cent-quarante trois dollars. Ça frise le ridicule. Vous partiriez de Paris que le billet serait probablement moins cher. Le seul avantage ici est forcément la durée du vol, mais Sydney vous semble toujours le choix le plus intéressant. Vous vérifiez directement sur le site de la compagnie aérienne le prix du vol. C'est moins cher, mais attention, le prix ne comprend pas encore les taxes de réservation et autre frais supplémentaires. Vous retournez dès lors sur le comparateur de vol et entamez une recherche effrénée. Vous essayez toutes les combinaisons possibles: Townsville-Darwin en bus. Darwin-Manille. Trop cher. Cairns-Manille. Vous notez tous les prix. Sydney-Singapour. Singapour-Manille. Le nombre d'heures de vol et d'escales. Sydney-Kuala Lumpur. Kuala Lumpur-Manille. L'heure de départ et l'heure d'arrivée. Townsville-Denpasar. Denpasar-Manille. Votre feuille de brouillon est remplie d'informations diverses et variées. Vous commencez à ne plus y voir clair car les options sont trop nombreuses. Le chocolat sur vos biscuits a fondu. L'horloge affiche vingt-trois heures. Vous êtes complètement perdu car aucune de ces données n'est réellement comparable. Vous vous décidez à faire un choix. Qu'est-ce qui vous semble le plus important? L'heure d'arrivée est le premier facteur à prendre en compte. Vous ne voulez pas arriver dans une ville étrangère en pleine nuit. Ensuite le prix, au risque de prendre deux fois plus de temps qu'un vol direct.

Fatigué, vous revenez à votre première idée, Sydney-Manille. Vous devez faire escale à Darwin mais le prix en vaut la peine. Vous cliquez votre accord pour ce vol. Le site vous redirige automatiquement vers un autre site pour effectuer la transaction. La première page apparaît avec le récapitulatif du vol. Vous confirmez une nouvelle fois votre accord. Cette fois-ci, il est temps d'encoder vos informations personnelles. Vous cochez la case stipulant que vous avez bien lu les termes et conditions d'utilisation. Il est bien évidemment trop tard pour lire quatre pages, et de toute façon vous n'avez pas d'autre choix que d'accepter si vous voulez ce billet. Vous arrivez ensuite sur la page la plus importante , celle du payement. Vous entrez les données de votre carte de crédit et acceptez. Mais la connexion internet vous fait faux bond. Vous attendez que le voyant lumineux redevienne vert. Il n'y a plus de biscuit. La connexion fonctionne à nouveau. Retour à la case départ. Vous recommencez à introduire toutes les données, et arrivez au moment du payement. Mais après quelques secondes d'attente, le site vous informe que le payement ne peut pas s'effectuer. Vous n'en comprenez pas la raison. Tout ceci est-il un signe ? Vous introduisez, pour la troisième fois, toutes les données en utilisant à présent votre carte bancaire australienne. Cette fois, tout à l'air de fonctionner. Vous êtes satisfait, mais réalisez que vous avez oublié de signaler l'enregistrement d'un bagage en soute. Vous respirez profondément. Le payement est accepté. Vous êtes fatigué, vous essayerez de régler ce petit problème demain. Vous ne désirez plus qu'une seule chose, vous allonger dans votre lit.

Vous recevez le mois suivant un e-mail de la compagnie aérienne : pour une raison qui vous échappe, votre vol est annulé. Trois possibilités de remplacement vous sont aimablement proposées, ainsi que le remboursement de votre vol. Vous réfléchissez rapidement et enfourchez votre bicyclette, en direction de l'agence de voyage la plus proche.