Ce jeune homme veut nettoyer les océans

Publié il y a 7 ans

Boyan Slat, jeune hollandais de 20 ans pourrait avoir une idée révolutionnaire, concernant un fléau majeur : celui des millions de tonnes de plastique qui polluent les 2/3 de la planète.

Baptisés "le 8ème continent", les presque 8 millions de tonnes de plastique flottantes actuellement à la surface du globe représentent aujourd'hui une catastrophe écologique majeure, et ça, personne ne peut le nier. Selon les spécialistes, il faut entre 50 et 1000 ans au plastique pour se décomposer. Mais aujourd'hui, c'est bien l'équivalent de 1 000 Tour Eiffel de déchets qui sont éparpillés à la ­surface de l’eau. Difficilement visible à l’œil nu, cet océan de plastique n’a jamais fait l’objet d’une image choc qui puisse mobiliser l’opinion...Dérangeant ?

Les premières victimes de notre indulgence sont évidemment les animaux marins. En première ligne, il n’est plus rare aujourd'hui de découvrir des baleines et autres cétacés échoués sur nos côtes, des dizaines de kilos de matière plastique remplissant leurs estomacs. Et selon les dernières estimations, des centaines de millions les oiseaux marins meurent dans des conditions similaires. Un problème crucial donc, et qui ne risque pas de s'arranger puisque actuellement, ce sont des chalutiers équipés de filets qui se chargent de nettoyer nos océans...mais on a estime qu'à cette allure, il faudrait près de 80 000 ans pour rendre à la planète bleue toute sa beauté originelle.

SON PROJET UTILISE LA FORCE DES VAGUES, DES COURANTS ET DU SOLEIL

Boyan Slat a donc ­imaginé une solution simple et radicalement différente que les techniques de nettoyage mis en place aujourd'hui. Son projet "The Ocean Cleanup" utilise les courants marins afin de capter les déchets dérivants dans des barrages flottants. Plutôt que d’utiliser de l’énergie pour se battre contre les ­courants ­marins, son invention permettrait en outre de laisser le plancton nager en dessous afin de ne pas perturber l’écosystème. Ingénieux donc, car selon lui, les plateformes utilisées seraient autosuffisantes en utilisant la force naturelle des vagues, des courants et du soleil.

Raie design Inspiré de la raie manta pour sa forme, la barge flottante serait donc autosuffisante en énergie et permettrait de résoudre le problème en seulement cinq ans.     Barrage flottant Les plateformes dérivantes de Boyan Slat suivraient parfaitement le parcours des courants marins empruntés par les millions de déchets plastiques.

Le bras « filet » La gigantesque armature à chaque extrémité récolterait les scories de la mer, permettant toutefois au plancton de circuler librement Source : Paris Match   Un grand merci à Guillaume Lacarrere pour cette vidéo !

Par Brice