Casablanca by Night Voire Même de Jour

Publié il y a 6 ans

Il y a Casablanca ou encore A night in Casablanca (à ne pas confondre avec le marocain Casablanca by night) mais il y a surtout Casablanca, la vraie ville marocaine. Les films inspirent le rêve, c’est bien connu. Mais en trois jours à Casablanca, ne vous attendez pas à croiser Humphrey Bogart dans son café américain. Vous trouverez sans souci des établissements dits européens ou occidentaux (avec de l’alcool et tout) mais là n’est pas la vraie Casa. De l’aveu d’une amie d’origine marocaine : « Qu’est-ce que tu vas foutre à Casa ? » Moi ? Rien. Enfin pas plus que d’habitude. Juste découvrir. Parce que la réalité est souvent bien mieux que la fiction.

Crédit photo: Alice Meunier Crédit photo: Alice Meunier

Casablanca, c’est d’abord la mosquée Hassan II. Un édifice gigantesque (n’est pas troisième mosquée du monde qui veut)  sur le front de mer. Son plus : être accessible à tous (même les non-musulmans). Visites dans toutes les langues. Je vous épargne historique et descriptif : les guides le font bien mieux que moi.

Crédit photo: Alice Meunier Crédit photo: Alice Meunier

Casablanca est le poumon économique du Maroc. Les nouveaux quartiers ont peu à peu décentralisé les activités. Près du front de mer, il reste toutefois la vieille médina.

Crédit photo: Alice Meunier Crédit photo: Alice Meunier

Tout le charme des médinas marocaines avec ses ruelles, ses marchands et ses habitants. Un labyrinthe à parcourir sans modération. Une fois les remparts franchis, il n’y a plus qu’à se laisser porter au gré des envies et des couleurs. A quelques rues de la médina , le centre historique avec son marché central et quelques immeubles art déco deçi-delà. Originale Casablanca qui a su s’imprégner et conserver tous les types architecturaux. Jusqu’à avoir des twin tower (dans le quartier des affaires évidemment).

Casablanca compte aussi une nouvelle médina (quartier des habous). L’ambiance y est plus aseptisée. Il faut s’en éloigner un peu pour se retrouver dans le quartier des bouchers (de la place Moulay-Youssef, face à la mosquée, prendre à droite, traverser le pont au-dessus des voies ferrées et continuer). Les étals des artisans sont remplis de viande. De dromadaire mais pas seulement. Le plus : s’installer à une table dans un des restaurants environnants et commander sa viande. Le garçon va la chercher directement chez le boucher avant de la faire griller. L’endroit reste prisé des Casablancais et n’est pas encore annexé par les touristes.

La Ville qui a inspiré les décors de certains films est plurielle. Elle offre de belles ressources à celui (ou celle) qui veut la découvrir. Lors d’un séjour de quelques jours, n’hésitez pas à faire une escale dans la station balnéaire de El-Jadida (deux heures de bus depuis Casablanca). Cette ancienne cité portugaise est classée à l’Unesco. Sa citerne (une salle souterraine avec des murs de trois mètres) a servi de décor pour le film Othello, d’Orson Wells. Mais c’est une autre histoire.

Crédit photo: Alice Meunier Crédit photo: Alice Meunier
Par