15 000 kilomètres en vélo, le pari fou d'un jeune couple de Français entre la France et le Népal

Publié il y a 1 semaine

[Article relayé par Voyager Loin]

Depuis maintenant quelques années, on prévoit (Camille et Antoine) de partir réaliser un voyage un peu spécial, qui comblerait notre soif d’aventure, notre amour pour la nature et la montagne, et notre envie d’aider autant que faire se peut ceux qu’on rencontrera.

On a donc décidé de tout plaquer et de partir à vélo, de France, pour parcourir la route de la Soie et rejoindre le Népal, pays emblématique pour ses montagnes et sa culture millénaire. En chemin, on souhaite apporter notre aide et nos compétences médicales (docteur en neurosciences et infirmière) au travers du volontariat et de missions solidaires au Népal.

Crédit : Migratory Bikes

Qui sommes-nous ?

A la base on est deux héraultais, Antoine de Montpellier et Camille des Cévennes. On s’est rencontrés il y a 3 ans et ce qui nous a tout de suite rapproché, c’est ce goût prononcé du voyage et de la nature.

Camille c’est l’écolo de base, toujours prête à tout pour améliorer notre quotidien et le rendre moins polluant et plus conscient, en passant des savons et shampoings fait maison, à la lessive, jusqu’au compostage des ordures et au zéro déchet.

Antoine c’est plutôt le randonneur, pas autant impliqué mais tout aussi conscient du problème écologique auquel on fait face, et notre rencontre nous a permis à tous les deux de progresser dans ce sens.

Crédit : Migratory Bikes - Petite pause en Vercors

Ensemble on a parcouru des centaines de kilomètres à pied en autonomie, dans les Alpes et les Pyrénées, mais aussi à la Réunion. Bref, vous l’aurez compris, on adore partager des moments au cœur de la nature !

Crédit : Migratory Bikes

Pourquoi un projet aussi fou ?

On apprécie bien entendu le voyage dans des pays étrangers, où on s’est rendus en avion ou en train. Mais une prise de conscience de plus en plus forte nous amène à changer notre mode de vie, et avec lui notre vision du voyage et sa pratique, surtout après la crise sanitaire qu’on a tous vécu récemment. Ce choc social, on pense qu’il faut s’en servir : pour nous, ça a été un déclic, et ce déclic se traduit par une envie de partir au bout du monde sans moyen de transport polluant, à la force de nos jambes… À vélo !

Projet Népal : où, quand, comment ?

Projet Népal : où, quand, comment ?
Crédit : Migratory Bikes - 15.000km, 20 pays et des tonnes de rencontres !

Bien sûr l’idée c’est d’aller de Montpellier jusqu’au Népal à vélo. Mais l’histoire de ce périple ne se résume pas à juste couvrir le plus vite possible les 15 000km qui nous séparent de notre destination. On souhaite profiter pleinement du trajet pour découvrir les différentes régions et cultures qu’on rencontrera, et notamment en traversant un maximum de massifs montagneux, été comme hiver.

Ce n’est pas parce qu’on part à vélo qu’on n’aura plus le droit de profiter de randonnées hors du commun ! En passant par le parc national des Dolomites, le Tyrol, le Triglav, le Caucase, puis toute la chaîne Himalayenne, on aura la chance de découvrir, au travers de la randonnée, de nombreux massifs qui nous sont inconnus. Des pauses qui nous permettront de « souffler » en prenant de l’altitude et en laissant les vélos dans des lieux de confiance.

Crédit : Migratory Bikes

Quand on dit été comme hiver, ce n’est pas pour rien : notre départ est prévu pour novembre 2020, si la situation sanitaire le permet. Ce qui signifie que nous passerons l’automne et l’hiver à arpenter les Alpes en Europe.

En partant d’hiver à vélo, on va donc avoir besoin de matériel 4 saisons de qualité, afin de lutter contre le froid tout en conservant une charge minimale sur nos montures. On commence à être habitués à porter des charges de mule en montagne avec tout le matériel photographique et de bivouac qui nous suit partout, mais les conditions qu’on va rencontrer nous poussent à avoir un équipement qui nous rassure. Le but ce n’est pas non plus de se faire du mal, mais plutôt d’être suffisamment équipé pour pouvoir profiter par tous les temps !

Le coût d’une expédition d’un an sans retour

C’est sûr que ça représente un budget toute cette aventure, mais on y est préparés depuis plusieurs années maintenant, et nos économies communes nous permettraient de réaliser ce voyage. En tout, on compte 30 000€ de budget commun pour l’ensemble de l’expédition d’un peu plus d’un an, avec une grosse part attribuée aux imprévus (car à vélo, on ne vous le cache pas, il risque d’y en avoir).

Ça paraît énorme sur le papier, mais au final on aura beaucoup de matériel durable et technique qu’on gardera probablement très longtemps et qui nous resservira, sans compter nos vélos de voyage qui demanderont simplement un entretien régulier pour rester en bon état. Et quand on voit le coût de la vie dans certaines régions et l’autonomie totale qu’on aura avec notre maison portable, on se dit que le coût n’est finalement pas si important.

Il faut aussi dire qu’on a la chance de pouvoir compter sur de nombreux partenaires équipementiers qui nous soutiennent et qui nous aident grandement dans la préparation du projet et son aboutissement. Un immense merci à eux, sans qui cette aventure serait beaucoup plus compliquée, et merci également aux associations qui nous supportent, à l’image de Aventure du Bout du Monde et la Guilde du Raid qui croient en notre projet.

ABM - La Guilde

Les enjeux du Projet Népal et notre vision du voyage

Se rendre utile au travers du volontariat

Ce Projet Népal, on ne le considère plus vraiment comme des vacances ou une (même plutôt deux) année sabbatique, mais réellement comme un nouveau mode de vie, avec tout ce qu’on va découvrir et expérimenter au cours de cette année de voyage. On ne se voit pas non plus vagabonder éternellement sans but précis, c’est pourquoi on a envie de faire quelques efforts afin de se rendre utiles au cours de l’aventure. En ce sens, s’inscrire aux programmes WorkAway est pour nous l’occasion de participer à des missions de volontariat en cours de route.

Crédit : workaway.info

Après tout, il y a tout un tas d’avantages à devenir volontaires :

  • On est tous utiles. Croyez-le ou non, mais vous possédez des tas de qualités qui peuvent aider les gens que vous rencontrerez. On a tous les deux la chance d’avoir déjà enseigné donc ça peut être un moyen d’aider les populations locales au travers de missions éducatives, mais toutes les compétences ont une place dans les actes solidaires que vous pouvez mener.
  • On apprend sans cesse. En aidant des gens dans des domaines qu’on ne connaît pas, on a la chance d’apprendre, même en voyage ! Pour nous, ça passera notamment par l’agriculture et la permaculture, domaines qui nous tiennent à cœur mais qu’on n’a pas pleinement pu découvrir en vivant en ville.
  • On vit aux côtés des populations locales. Parce que le volontariat, pour nous, ça sera aussi un moyen de mettre pied à terre et de passer du temps avec les gens qu’on rencontrera, pour mieux connaître leur mode de vie et s’imprégner de leur culture.

Se rendre utile au travers de missions médicales

Il y a quelques années, Camille a eu la chance de réaliser un stage infirmier et des missions solidaires dans le domaine médical et sanitaire en Inde, un souvenir marquant qui a profondément changé sa façon de voir le voyage et qui nous motive un peu plus à apporter nos compétences et aider ceux qui en ont besoin.

Crédit : Migratory Bikes - Camille au cours d'une mission médicale en Inde

On a énormément de chance car une association française, l’association Manoj, œuvre au niveau solidaire au Népal dans le district de Ghorka en réalisant diverses missions médicales et sanitaires. Composée d’infirmiers, de médecins et de bénévoles comme nous, Manoj organise chaque année des actions et par chance, on va pouvoir participer tous les deux (Antoine comme bénévole, et Camille comme infirmière) à un trek médical et à un camp de santé ophtalmologique une fois au Népal en 2021. Cette association nous plait particulièrement car elle reste de taille humaine et œuvre en collaboration avec les locaux, selon leurs besoins.

Un trek médical c’est quoi ?

Concrètement, ça consiste à partir en trek itinérant de village en village, hors des sentiers touristiques, accompagnés de guides et logés chez l’habitant. En échange, on porte dans nos sacs tout l’équipement nécessaire au dépistage et au diagnostic de pathologies bénignes, tout en contribuant au suivi des patients à l’hôpital (celui de Katmandou dans notre cas).

Un camp de santé ophtalmologique, c’est quoi ?

Ce sont des blocs chirurgicaux de fortune aménagés dans des villages reculés du Népal et qui restent à demeure une semaine. Ces camps permettent aux villageois des alentours de se déplacer et se faire accompagner pour recevoir des soins chirurgicaux simples permettant de traiter diverses pathologies oculaires, comme la cataracte. De nombreuses personnes sont atteintes par cette pathologie, souvent à des stades extrêmement avancés car n’ayant pas accès aux soins dans ces lieux isolés du monde. Grâce à opérations comme celles menées dans ces camps de santé, ces personnes qui étaient promises à la cécité peuvent bénéficier de soins adaptés et parfois même recouvrer entièrement la vue en quelques jours.

Partager notre expérience et nos valeurs

Toutes ces aventures que l’on va vivre, on a envie de les partager avec vous : notre périple (de l’aventure à vélo jusqu’aux actes solidaires), les rencontres, les bons moments comme les coups durs, et surtout ces valeurs qui nous animent et nous donnent l’envie d’aller loin.

Crédit : Migratory Bikes

Tous deux amateurs de photographie, un art pour lequel on se passionne de plus en plus, on souhaite raconter notre aventure en images : paysages de rêves, montagnes mystérieuses, mais aussi réalité du quotidien. On veut vraiment raconter notre vécu au jour le jour, mais aussi celui des personnes dont on croisera la route.

Rester actifs sur les réseaux sociaux est pour nous un moyen de donner des nouvelles, de faire rêver, de se sentir soutenu aussi, mais aussi d’inspirer et de faire prendre conscience. A l’image des cyclotouristes et voyageurs qui nous ont donné l’envie de se lancer, on espère nous aussi motiver d’autres personnes à voyager autrement et s’engager à leur façon pour la planète.

Comment suivre notre aventure ?

Comment suivre notre aventure ?

Si notre aventure vous inspire ou que vous partagez nos valeurs, n’hésitez pas à nous rejoindre, votre soutien nous aidera à aller jusqu’au bout !

Site : https://www.migratorybikes.com/

Instagram : https://www.instagram.com/migratorybikes/

Facebook : https://www.facebook.com/migratorybikes/

chloevillemant
Par Chloe Villemant

Rédactrice en chef du site Voyager Loin. Passionnée par le voyage et les enjeux environnementaux, je vous emmène avec moi dans une belle aventure à la découverte de notre planète ! Baroudeuse 2.0 et apprentie aventurière, je suis une ultra connectée qui prend le temps de déconnecter devant la beauté du monde.