Ces espèces animales menacées que nous pourrions perdre en 2015

Publié il y a 5 ans

Au risque de plomber l'ambiance, cette année marque le 100e anniversaire de la mort du dernier pigeon voyageur, Martha, qui survit seulement 14 ans en captivité après que son espèce ne se soit éteinte à l'état sauvage. Plus récemment, Angalifu, un rhinocéros blanc du Nord, âgé de 44 ans, est décédé au zoo de San Diego, ne laissant derrière lui que cinq autres rhinocéros blancs dans le monde entier, tous en captivité. C'est un fait, aussi macabre soit-il, nos petits-enfants n'auront probablement jamais la chance de pouvoir observer ces remarquables créatures.

En fait, le monde est en train de perdre des dizaines d'espèces chaque jour. Autant y aller franco, nous parlons bien ici de la sixième extinction de masse dans l'histoire de la Terre. Les océans ressemblent à des déserts aquatiques, et près de 40% des animaux terrestres ont ainsi disparu en moins d'un siècle. Un lourd constat que nous, humains, devont porter sur nos épaules, déjà bien chargées. 

"Destruction de l'habitat, pollution ou surpêche, les plus belles créatures et plantes sauvages de ce monde ont été gravement affaiblies" explique Derek Tittensor, écologiste marin à la World Conservation Monitoring Centerà CambridgeEnviron 190 nations se sont réunies le mois dernier à Lima, au Pérou, pour discuter des mesures à prendre concernant la hausse des émissions de gaz à effet de serre. Résultat, un accord édulcoré.

La corruption et le trafic illégal en ligne menacent également les efforts de conservation. Le commerce illégal d'espèces sauvages est une industrie estimée à 10 milliards de dollars chaque année. Il s'agit tout bonnement du cinquième plus grand commerce de contrebande après les stupéfiants. Le constat est amer, nous devons aujourd'hui faire face à une bataille contre la cupidité qui semble perdue d'avance, à moins qu'il ne s'opère un changement radical de la conscience collective, ce qui n'est pas non plus impossible. Quoi qu'il soit, c'est une bataille que nous ne devons pas perdre.

Ah oui, les animaux donc. Voici une petite liste non exhaustive d'espèces quasiment condamnées. Celles qui ont le couteau sous la gorge :

Le léopard de l'Amour

Le léopard de l'Amour
SEBASTIEN BOZON / AFP / Getty Images

Poché pour sa jolie fourrure tachetée, le léopard de l'Amour est le plus rare et le plus menacé des chats dans le monde . Trouvée le long des zones frontalières entre l'Extrême-Orient russe et le nord de la Chine, l'espèce est également confrontée à la destruction de son habitat, et donc à une perte de ses proies. Aujourd'hui, ils ne sont plus qu'une trentaine d'individus répertoriés à l'état sauvage.

L'éléphant de Sumatra

L'éléphant de Sumatra
Wikimedia Commons

C'est le plus petit des éléphants d'Asie. Leur nombre à tout bonnement chuté de 80 % en moins de 25 ans en raison de la déforestation et du trafic de ses défenses, relativement petites. Les braconniers ayant un penchant pour les mâles, le rapport ébranlé de la masculinité chez les éléphants sauvages menace donc la survie de l'espèce. Ils ne restent que 2.500 individus à l'état sauvage.

Le rhinocéros de Java

Le rhinocéros de Java

Les rhinocéros de Java ont été tués par les chasseurs de trophées pendant la période coloniale. Depuis lors, les braconniers ont continué à les cibler pour leurs cornes juteuses et donc très prisées, utilisées dans la médecine traditionnelle asiatique.

La tortue Luth

La tortue Luth
Cameron Spencer / AFP / Getty Images

La plus grande espèce de tortues de mer, et l'une des plus migratoire. Sa population a fortement diminué ces dernières années en raison de la surpêche, de l'ingestion de plastique et du braconnage de leurs œufs. L'expansion du développement côtier perturbe également la nidification des tortues plages. Le nombre de tortues luth a chuté de plus de 60% depuis 1982. Puisque les mâles ne reviennent pas sur la terre, il est impossible d’en établir le nombre exact. Les scientifiques établissent donc la taille de la population mondiale en dénombrant les femelles au moment de la nidification. Ils sont d’avis qu’il en existe moins de 35 000 à l’échelle mondiale à l’heure actuelle.

Le gorille des plaines de l'Ouest

Le gorille des plaines de l'Ouest
GREG WOOD / AFP / Getty Images

Bien que la chasse de l'espèce soit illégale, les gorilles des plaines occidentales continuent d'être tués pour leur viande, tandis que les bébés sont capturés et gardés comme animaux domestiques. Le virus mortel Ebola a également dévasté la population (90% des populations de gorilles et de chimpanzés au Gabon).

Le saola

Le saola
World Wildlife Fund / Courtoisie

La "licorne asiatique" se fait rare à l'état sauvage, et il n'existe aucun individu vivant en captivité. La population actuelle est estimée entre quelques dizaines et quelques centaines de spécimens seulement. L'espèce est chassée pour alimenter la demande en médecine traditionnelle chinoise, ainsi que les marchés alimentaires au Vietnam et au Laos.

Le marsouin

Le marsouin
Wikimedia Commons

Mammifère marin le plus rare du monde, le marsouin est sur le bord de l'extinction avec moins de 100 individus répertoriés. Trouvés dans la partie supérieure du golfe de Californie, beaucoup s'empêtrent et se noient dans des filets destinés à attraper d'autres espèce en danger critique, comme l'totoaba, par exemple, dont les vessies sont vendues illégalement pour environ 4000 $ la livre par les cartels de la drogue.

Le tigre de Sibérie

Le tigre de Sibérie
Justin Sullivan / AFP / Getty Images

Aussi connus sous le nom de "tigres de l'Amour", les tigres de Sibérie sont les plus grands chats du monde. Ils sont régulièrement chassés pour les "soit-disant" bienfaits de la médecine traditionnelle chinoise, et sont également enfermés et affamés volontairement pour contourner les lois qui interdisent de les tuer. Morts de faim, leurs os serviront ensuite à produire du vin. Il ne reste que 400 à 500 individus à l'état sauvage.

[En savoir plus]

Le gorille des montagnes

Le gorille des montagnes

Les gorilles des montagnes habitent les montagnes de Virunga, qui bordent l'Ouganda, le Rwanda et la République démocratique du Congo. Vous les retrouverez également dans le parc national impénétrable de Bwindi, en Ouganda. Le braconnage, la destruction de l'habitat, les maladies et la production de charbon de bois nous amènent aujourd'hui à 880 individus qui luttent pour leur survie.

Le Grand Hapalémur

Trouvé dans le sud de Madagascar, le Grand Hapalémur est l'espèce la plus menacée du pays avec seulement 60 individus à l'état sauvage. Ils sont environ 150 en captivité.

L'orang-outan de Sumatra

L'orang-outan de Sumatra
Sutanta Aditya / AFP / Getty Images

Le nombre d'orangs-outans de Sumatra s'épuise à un rythme étonnant en raison des feux de forêts, des plantations de palmiers à huile et autres développements agricoles. Ils sont environ 6.500 individus incroyablement intelligents à se battre pour survivre.

Le rhinocéros noir

Le rhinocéros noir
Horst Ossinger / Getty Images

Pendant l'époque coloniale, les rhinocéros noirs ont été tués quotidiennement pour leur cornes, leur viande, ou simplement pour le sport (bigre) . Ils étaient 70.000 en 1.900. Ils sont aujourd'hui 4.848 répertoriés dans le monde.

Le marsouin du Yangtsé

Le marsouin du Yangtsé
Wikimedia Commons

C'est l'une des créatures les plus intelligentes au monde. Elle est aujourd'hui en grave danger d'extinction en raison de la surpêche et de la pollution. Il ne reste que 1 000 à 1 800 individus. Son plus proche cousin, le dauphin Baiji, est aujourd'hui éteint.

Par Brice