Les derniers posts Buzzly, mon meilleur pote ! Découvrir Mon actu0Favoris0À voir plus tard0Historique
Les chaines à suivre Voyager LoinFloraDavid Louvet-RossiJohanVDM de voyagePartir à New YorkMarc SoulierJérémThomas LaverneAmandineBTravel Me HappyMarieLauraHélèneMargotmeltourLaurianneEmilyLaetitiaNathalie

Le bike trip: des douleurs et du bonheur (3/3)

Jonathan 2 avril 2014

Jour 5

Pour attaquer notre cinquième jour de bike trip, nous avons le plaisir de retrouver le soleil et des conditions favorables à la pratique du vélo. Nous sommes toujours dans la campagne italienne mais cette fois-ci elle est plus contrastée et plus agréable à découvrir. Quasiment seuls sur les routes nous profitons de la paisibilité de Pamparato, et nous avons même la surprise de nous faire couper la route par un troupeau de mouton.

1Il n’y a plus que deux cols qui nous séparent de la mer ! L’ascension du Colla di Casotto (1381m) puis du Colle San Bernardo (963m) ! Lors de l’ascension de ces derniers cols nous avons connu nos seuls et uniques problèmes mécaniques de l’aventure. Le pauvre Simon aura crevé 3 fois en moins de 3 heures… Finalement la réparation tient et nous pouvons continuer à avancer.

L’air marin se fait sentir et l’excitation de découvrir la mer à chaque coup de pédale nous motive, nous avançons en équipe et avec conviction. En fin de journée et malgré une douleur intense au genou pour moi, nous arrivons à Albenga et nous découvrons enfin la côte italienne. On en profite pour se baigner, malgré une eau douteuse c’est tellement agréable. La plage de galets ne nous permet pas de dormir à la belle étoile nous choisissons donc de dormir en camping. Nuit à la belle étoile pour moi et nuit en tente pour mes deux compagnons.

[symple_box color="green" text_align="left" width="100%" float="none"]Les douleurs du voyageur à vélo !

‘’La douleur fessiale’’: Elle sera votre pire ennemie. La solution, munissez-vous d’un cuissard rembourré et d’une selle ultra-confort (de préférence large avec du gel) !

’’La brûlure’’: Vous allez passer des heures sur votre vélo, par temps ensoleillé et lors des ascensions de cols pensez bien à vous badigeonner de crème si vous voulez éviter de vous retrouver avec des cloques.

‘’Les petites douleurs’’: Comme pour mon genou, en cas de douleurs bégnines articulaires ou musculaires veillez à trouver une position plus confortable et dîtes à vos camarades qu’il faut ralentir le rythme. Il vaut mieux ça que de devoir abandonner ![/symple_box]

Jour 6

Le 6ème jour de notre aventure aura définitivement été un jour de fainéantise et de relaxation. La fatigue, l’envie de profiter des côtes, l’attraction d’une bonne baignade sont autant de paramètres qui font que nous n’avançons pas beaucoup. A mon plus grand bonheur, puisque je sens que mon organisme a besoin de repos.

Ce jour-ci, nous aurons fait seulement cinquante kilomètres mais on aura bien profité du littoral pour finalement échouer sur une plage de Riva Ligure. Nous apprécions le soleil couchant et nous n’oublions pas notre partie de carte quotidienne avant d’apprécier notre première vraie nuit à la belle étoile de l’aventure. Il nous en aura fallu du temps !

2

Etant donné que nous étions à la limite de  dépasser notre budget et que nous avions prévu 7 jours d’aventure, nous décidons que ce 7ème jour sera notre dernier jour de road trip. On décide donc de rouler à notre rythme de flâner à Menton puis sur la pointe du Cap Martin. Au point d’en perdre de vue mes camarades.

Je me retrouve seul j’ai beau essayé d’appeler Simon et Loïc je n’obtiens pas de réponses. Me voilà devant une intersection, je n’ai pas de carte et les deux routes indiquent Monaco, je ne sais quelle route prendre au final je finis par faire un choix en me disant que je finirai bien par retrouver mon équipe. Ce fut évidemment le mauvais choix puisque je me suis retrouvé dans les tunnels monégasques où je n’avais pas le droit de me retrouver. Qu’ils m’ont paru longs ces 8 ou 10 kilomètres  au milieu des véhicules, de leurs klaxons et de leurs échappements. Au final tout s’est bien terminé, j’ai fini par en voir le bout et par retrouver les autres.

Le passage de la frontière pour revenir en France aura été un moment marquant. Par la suite nous avons gentiment terminé notre route à Beaulieu Sur Mer, délicieuse ville balnéaire où nous avons élu domicile pour la nuit sur une belle plage.

Jour 8 : Retour à la maison par le train

6h00 du matin ! Inévitablement nous finissons notre nuit sur la plage réveillés par un ronronnement, celui du moteur d’un tracteur d’entretien du littoral. Je me rappelle que cela nous décroche un sourire. Finalement, nous émergeons doucement, nous déjeunons tranquillement puis nous nous regardons. Nous commençons à réaliser que cette semaine partagée ensemble accompagnées de nos vélos restera un instant marquant de nos vies.  Simon, Loïc et moi remontons sur nos vélos une dernière fois direction la gare et le train qui nous ramènera chez nous. Ces derniers kilomètres marque la fin de cette aventure mais nous envisageons déjà de remettre le couvert direction le Portugal où l’Allemagne. Deux ans après l’occasion ne s’est jamais représentée. Cependant, dans un coin de ma tête et sûrement dans la leur aussi, ce rêve de reprendre la route à vélo est bien présent et ne demande qu’à être exaucé.
Likez cet article sur facebook
Partager sur Facebook Tweet
Les posts recommandés par VoyagerLoin
Voir plus d’articles
<