Les derniers posts Buzzly, mon meilleur pote ! Découvrir Mon actu0Favoris0À voir plus tard0Historique
Les chaines à suivre Voyager LoinFloraDavid Louvet-RossiJohanVDM de voyagePartir à New YorkMarc SoulierJérémThomas LaverneTravel Me HappyAmandineBMarieHélèneLauraNathalieLaetitiaLaurianneEmilymeltourMargot

Avoir une étiquette de randonneuse ou voyageuse...!

Nano 22 octobre 2014

J'ai parfois l'impression que je suis folle …

 

Moi même je confirme que je suis folle...., Je pense à mes voyages, et à mes prochains voyages et aventures Inchalah, plus qu'à ma vie, et je me dis que je suis folle.

 

Au lieu de rester chez moi, ou d'attendre mon prince charment; préparer ma cérémonie de mariage, et faire des milles essaies pour ma robe de mariée, réserver la salle, et inviter les gens que je connais même pas, réserver mon hôtel 5* pour ma nuit de noce... Essaie de fonder une famille, avoir des enfants, ce soucier de leurs avenir, choisir les meilleurs écoles pour eux, ou même préparer l’examen du bac avec mon fils et bien d’autres choses,...

Je suis entrain de planifier mon prochaine voyage, en pensant aux gens que je vais rencontrer, à mon trajet que je vais suivre, à mon sac à dos que je dois  préparer  dès maintenant, à ma carte de voyage que je dois respecter, à mes jours de congé ou je dois profité au Max de chaque heure, de chaque seconde, pour ne pas le regretter une fois devant mon poste, pendant une journée de travail trop changer.

Certains vont confirmer que je suis sanglier, de suivre juste mon plaisir de partir loin, et ils vont même me coller l’étiqueté de voyageuse, et me dire que je suit la tendance des randonnées, des faire des voyages avec des gens que j’ai jamais rencontrer est dangereux; mais la vie devient vraiment excitante quand on prend conscience qu'on peut changer de route à chaque instant, à chaque seconde. Et la seule personne qui puisse nous en empêcher, c'est nous-mêmes !!!

 

Je leurs dis, excusez-moi mais voyager ça n a jamais été une étiquète, faire semblant d’être une aventureuse qui sait même pas lire une carte, qui sait même pas faire les 1ers soins en cas de chute, ça n a jamais été un rôle à jouer ni même une image à montrer aux autres, c’est tout un style de vie, c’est la survie de la personne qu’on dépend, au fait je leurs dit aussi qu’on n’as pas toutes des filles à papa non plus.

 

Et comme j'ai cité auparavant "Lorsque tu voyages, tu fais une expérience très pratique de l'acte de renaissance. Tu te trouve devant des situations complètement nouvelles, le jour passe plus lentement et, la plupart du temps, tu ne comprends pas la langue que parlent les gens. Exactement comme un enfant qui vient de sortir du ventre de sa mère. Tu es entrain de regarder au tour de toi comme si tu viens de découvrir le monde, dans ces conditions, tu te mets à accorder beaucoup plus d'importance à ce qui t'entour parce que ta survie en dépend. Tu deviens plus accessible aux gens car ils pourront t'aider dans des situations difficiles. Et tu reçois la moindre faveur du Dieu avec une grande allégresse, comme s'il s'agissait d'un épisode dont on doit se souvenir sa vie restante. "

Je sais seul les gens qui voyage vont me comprendre, seul les gens qui marchent vont confirmer qu’il y a qu’une seule musique qu’on entend lors de nos aventures, composer de 3 notes musicale seulement, l’une c’est le son de nos 2 pieds qui sont jaloux d’un de l’autre, quand l’un avance et l’autre veut le dépasser, et la 2ème note; le son du piquet qui lui aussi comme un imbécile il marche et il sait même pas ou on va, et la 3ème note, c'est le son de notre respiration qui ralentit et qui s’accélère comme un morceau de sinfonie écrite par Mozart.

 

Lorsqu’on marche sans savoir ou on va, sans savoir à quelle moment on va se reposer par ce que nos muscle appel alerte « on ne peut plus aidez nous », par ce que notre cœur nous dit de continuer car il a trouvé son plaisir, il est entrain de renaitre et notre cerveau lui qu’est  limiter à donner des ordres, pour nous obliger à s’arrêter pour se reposer. Un choix entre plaisir et fatigue, Mais quelle choix…

 

Je lui dit alors : "Mon œil si je te laisse me ralentir par ce que je suis fatigué…. Et beh tu rêve", il n’y a nulle possibilité de te laisser gagner, j’arriverais au sommet de mon rêve, même si j’ai jamais attend l’extrême de mes voyages,  le jour ou mon cœur ne supporterait pas le sentiment de faire un truc, le jour ou il va cesser de battre vu que je lui ai donner un voltage de plaisir plus qu’il lui faut, ce jour là, je serais arrivée à ma destination de voyage, ce jour là je pourrais dire que c’est bon je peux revenir chez moi tranquillement, j’ai atteint mon but de marcher, de voyager et de me faire plaisir.

 

D’ici là mon pauvre cerveau va me supporter encore et encore… je continuerais à marcher et à voyager pour avoir un regard dimensionnelle de 720° que les autres, là ou j’apprends à gouverner mon temps, pour mieux marcher, pour mieux voyager, et pour mieux vivre.

Likez cet article sur facebook
Partager sur Facebook Tweet
Les posts recommandés par VoyagerLoin
Voir plus d’articles
<