Les derniers posts Buzzly, mon meilleur pote ! Découvrir Mon actu0Favoris0À voir plus tard0Historique
Les chaines à suivre Voyager LoinFloraDavid Louvet-RossiJohanVDM de voyagePartir à New YorkMarc SoulierJérémThomas LaverneAmandineBTravel Me HappyMarieHélèneLauraEmilyLaurianneNathaliemeltourMargotLaetitia

La pêche au cormoran, une tradition ancestrale en perdition

Flora 26 février 2014

La pêche au cormoran est une tradition millénaire en Asie, et particulièrement en Chine sur la rivière Li. Des hommes habiles et patients s’emparent d’un cormoran sauvage pour le transformer en un assistant personnel aussi efficace qu’élégant.

© Yan Zhang © Yan Zhang

La tradition perdure face à la surpêche industrielle toujours croissante. Aujourd’hui seules les rivières chinoises voient ces oiseaux plonger dans leurs eaux pour rapporter le poisson à leur maître, la pêche au cormoran n’est plus pratiquée depuis longtemps en France, en Angleterre ou encore au Pérou, et se perd peu à peu au Japon. Bien qu’il puisse sembler barbare de capturer un cormoran pour le dresser à la pêche, c’est une véritable relation de confiance et d’amour qui s’installe entre le pêcheur et l’oiseau.

© Shelley lake

© Shelley lake

Le maître va d’abord utiliser une corde qu’il va doucement glisser autour du coup de la bête pour éviter qu’elle ne s’échappe en premier lieu, puis pour qu’elle ne puisse pas être en mesure d’avaler les plus gros poissons. Le cormoran rapporte donc sa trouvaille le bec grand ouvert afin que le pêcheur la lui retire. Peu à peu, l’oiseau est à nouveau libre mais reste auprès de son maître, auquel il s’est attaché. via earth song

via earth song

Un pêcheur doit choyer son cormoran, le gâter de caresses sur la tête ou le ventre, et le nourrir correctement avec de gros poissons frais. La relation affectueuse sert dans les deux sens, et l’amour entre les deux pêcheurs est le garant de bonnes prises.  Mais plusieurs conditions rendent difficile de maintenir cette tradition ancestrale. La pêche industrielle vide les rivières chinoises de ses plus gros poissons avec un marché toujours grandissant (la consommation mondiale de poissons a augmenté de 14.4% en 5 ans seulement). Pour répondre à la demande, les pêcheurs chinois ne préservent pas les espèces et nuisent à leur reproduction. © Weerapong Chaipuck © Weerapong Chaipuck

L'ennemi naturel du cormoran et de son maître est la pluie. Lorsque l'eau se trouble l'oiseau n'y voit pas suffisamment pour repérer sa proie. Pour survivre, le pêcheur profite du tourisme.

Ils sont nombreux ceux qui souhaitent une photo d'eux à bord de la pirogue accompagné des élégants cormorans. Aussi les pêcheurs deviennent photographe pour augmenter leurs revenus dans les périodes difficiles. cormorant-fishing

On espère que cette tradition perdurera encore, cela n'est possible qu'en limitant notre impact sur l'environnement. © Weerapong Chaipuck

© Weerapong Chaipuck  

Source:Ecoactualité.com

Likez cet article sur facebook
Partager sur Facebook Tweet
Les posts recommandés par VoyagerLoin
Voir plus d’articles
<