Les derniers posts Buzzly, mon meilleur pote ! Découvrir Mon actu0Favoris0À voir plus tard0Historique
Les chaines à suivre Voyager LoinFloraDavid Louvet-RossiJohanVDM de voyagePartir à New YorkMarc SoulierJérémThomas LaverneAmandineBTravel Me HappyMarieHélèneLauraEmilyLaurianneNathaliemeltourMargotLaetitia

La chasse en "boîte" : des lions sont enfermés pour être mieux chassés par de riches touristes

Brice 25 avril 2014

Remontant à l'époque coloniale, la chasse en "boîte" ou chasse au trophée, aurait pu disparaître au fur et à mesure que les consciences évoluaient, mais elle se développe. En Afrique, cette pratique rétrograde et destructrice à pris une ampleur telle, que de riches touristes occidentaux en mal de sensations fortes (et de matière grise) n'hésitent pas à faire le déplacement pour venir s'acharner sur ces fauves en "boîte". 

Le but ici n'est pas de stigmatiser la "chasse". Bien que fervent défenseur de la cause animale, j'estime ne pas avoir à juger les pratiques de certain(e)s, qui chassent pour manger. Mais les chasseurs ont beau crier haut et fort qu’ils sont les meilleurs défenseurs de la conservation des espèces et de l’utilisation durable des ressources, preuve est faite depuis longtemps que chasser nuit gravement à l’environnement et décime des espèces protégées. La chasse au trophée ne déroge pas à la règle, bien au contraire, elle en est le parfait exemple. Une pratique odieuse doublée de lâcheté, qui consiste à traquer et tuer des fauves mis en boîte, des animaux élevés en captivité, et qui ne se méfie malheureusement plus de l'Homme.

Ferme d'élevage de lions servant ensuite à la chasse en boîte, Afrique du Sud Ferme d'élevage de lions servant ensuite à la chasse en boîte, Afrique du Sud (crédit STRINGER/AFP)

Une chasse au trophée cruelle

Le problème de la chasse au trophée, est que la demande est croissante. Résultat, certains tours-opérateurs n'hésitent pas à se nourrir de la chose, en organisant des séjours qui permettent à ces chasseurs au grand coeur de venir se faire plaisir en Afrique. Le parfait exemple nous vient d'Afrique du Sud, pays de plus prisé pour ce genre d'atrocité, où des lions provenant de zoos, cirques ou d'élevages sont ainsi enfermés dans des enclos, piégés, et ne pouvant échappés aux balles de ces touristes fortunés.

Combien ça coûte ? Parce que nous aussi on veut chasser !

Oui paraît-il que c'est rigolo. 30 000 euros, en moyenne, c'est la somme que sont prêt à débourser ces messieurs dames pour s'offrir un tel privilège. Bien évidemment, cette pratique est autorisée par les autorités locales, puisqu'elle rapporte des deniers non négligeables aux proprios des chasses, et à l'Etat qui en prélève des taxes. Ce sont donc environ 300 lions, pour la plupart nés en captivité, qui sont "légalement" tués chaque année en Afrique du Sud. Une pratique scandaleuse, également décriée par la majorité des chasseurs, qui estiment qu'elle dévoie le véritable esprit de la chasse, en ôtant la possibilité à l'animal de s'échapper.

Ces chasseurs de trophées sont donc attirés par la facilité de cette chasse et par son prix. Il faut savoir qu'un lion sauvage abattu lors d’un safari en Tanzanie peut coûter 50.000 livres sterling (60.725 euros), contre 5.000 livres sterling (6.072 euros) pour un spécimen élevé en captivité en Afrique du Sud. Attend ça vaut le coup quand même ! Regardez-moi ces belles têtes de vainqueurs : Melissa_Branchman_Chasse-lion lion_1_

Grossesses "à la chaîne" et séparations douloureuses, tout va bien

Le massacre ne s'arrête pas là, puisque à l'image de nos charmants élevages de porcs, les petits lionceaux sont très vite séparé de leur maman afin qu'elle puisse donner la vie à nouveau (tant qu'à faire). Le but ? Obtenir jusqu'à 5 portées en deux ans pour "produire" un maximum de cibles potentielles. Les séparations sont douloureuses, inadmissibles et inhumaines (rappelons que nous sommes en 2014).

Alors comment ça fonctionne : les peluches sont nourris au biberon (c'est mimi) durant les huit premières semaines de leurs "vie", et puisqu'on ne laisse rien au hasard, les petits peuvent également être loués quelques minutes aux touristes, tellement ravis de pouvoir caresser les petits lionceaux, stressés car loin de leur mère, et ignorants du destin funeste qui les attendent.

canned-hunting-bb-lion

Les conséquences démographiques

En un siècle, la population de lions sauvages sur le continent a dramatiquement chuté, passant de 200 000 à 40 000, voire 23 000 selon certaines estimations, ce qui reviendrait à un taux de disparition de 80%. Les lions ont totalement disparu dans 26 pays africains. Seuls sept pays (Afrique du Sud, Botswana, Ethiopie, Kenya, Tanzanie, Zambie et Zimbabwe) abriteraient encore plus de mille lions chacun. La baisse de 80% en 20 ans des effectifs en liberté montre bien que la croissance des fermes ne protège en aucun cas les lions sauvages, bien au contraire, puisque des prélèvements réguliers de lions en liberté sont nécessaires pour éviter la consanguinité dans ces fermes d'élevage.

Il ne s'agit pas de "tout" mettre sur le dos de ces chasseurs avertis, ils ne sont pas les seuls responsables, puisque habitant et travailleurs locaux n'hésitent plus à tuer les fauves, tant la cohabitation est difficile. Il est important de souligner que le lion est voie de disparition, et que le penchant des chasseurs pour les lions mâles risque fort de voir se décimer des troupeaux entiers. N'oublions pas que les lions aussi ont une vie, et que la disparition d'un mâle dominant entraîne obligatoirement des conflits au seins des familles, menant généralement à la morts de plusieurs spécimens (les plus jeunes).

Ce serait dommage de les voir disparaître non ?

giphy (1)

Comment enrayer cette pratique lucrative ?

En 2007, une loi fut votée en Afrique du Sud pour mettre à mal cette pratique, en exigeant que les grands prédateurs puissent vivre jusqu'à deux ans avant d'être chassés. Mais cette loi a été annulée en 2010 à l'initiative de la Cour Suprême locale.

Certaines associations estiment qu’il suffirait d’interdire l’importation des trophées d’animaux sauvages dans l’Union européenne et aux Etats-Unis pour porter un coup fatal à cette industrie. Des manifestations ont d'ailleurs eu lieu le 15 mars dernier dans le but d'informer le public sur ce fléau. Quoi qu'il en soit, tout reste bien timide, et si nous continuons sur cette pente savonneuse, il se pourrait bien que nos enfants ne connaissent ces animaux majestueux que par nos histoires.

Gloire aux lion !

giphy (2) giphy (4) giphy (3) giphy (5) giphy (6)

Sources : LeNouvelObs OneVoice

Likez cet article sur facebook
Partager sur Facebook Tweet
Les posts recommandés par VoyagerLoin
Voir plus d’articles
<